Le gaz hilarant : attention danger!

Les siphons ne servent plus uniquement à faire monter la chantilly, mais également à mettre les jeunes sur orbite. En une inhalation comme une otarie tu riras !

L’effet du N2O est fugace. Quelques secondes seulement. Ça fait cher la barre de rire au regard des – possibles – effets secondaires dont la mort est – et de loin – le plus définitif → https://kutt.it/018xZj.

Les risques encourus par les consommateurs de protoxyde d’azote inquiètent. A tel point qu’il pourrait être considéré comme un produit stupéfiant.

Le gaz hilarant bientôt stupéfiant?

Connu dans les sphères scientifiques sous les vocables protoxyde d’azote ou oxyde nitreux, les vulgaires – du latin vulgus, i qui signifie le commun des mortels – l’appellent affectueusement gaz hilarant. C’est une molécule particulièrement polyvalente. Jugez plutôt.

Utilisé en médecine pour sédater, en mécanique pour vitaminer les moteurs , dans le secteur de l’alimentation comme gaz propulseur pour les siphons… et par les jeunes pour s’éclater le ciboulot. En toute légalité.

Parce que, oui, en plus d’être bon marché, le N2O n’est pas une drogue. Pour le moment. Si l’on en croit le chapeau de l’article publié par le Le Soir intitulé Un gaz hilarant qui ne fait pas vraiment rire tout le monde.

En attendant ce changement de statut, il est bon de rappeler que son usage répété et/ou régulier n’est pas sans risques pour la santé.