Citoyenneté/Justice, société

La manosphère: biotope des misogynes nanocéphales

Bicky Burger. Tout le monde se souvient. Une nana se mangeait une baffe parce qu’elle avait servi un faux Bicky à un (son?) homme. Tollé général. Le géant du burger de friterie présentait ses excuses. Dont acte? Oui, si cette publicité ne sentait pas le remugle d’un sexisme primaire. Mais non…

La manosphère, tu connais? Non? Allez! Plongeons dans ses abysses !

Selon les experts, elle se divise en 4 groupes: les MGTOW pour Men Going Their Own Way, les masculinistes, les pickup artists et les incels. Les premiers veulent mener leur vie sans les femmes (des adeptes invétérés de l’onanisme donc?), les seconds s’érigent en défenseurs des droits et des intérêts des hommes bafoués par un féminisme qui veut les asservir (snif!), les troisièmes se présentent comme des pro de la drague qui pécho tout ce qui passe pour guérir une blessure de l’adolescence: les nanas – ces garces – n’en voulaient pas. Les derniers, ce sont les célibataires endurcis qui voudraient bien, mais qui n’y arrivent point (Re-snif!). C’est les frustrés du tas. Et les plus dangereux.

Tout ce beau monde a un point commun : ils n’aiment pas les femmes. Enfin qu’elle soient – même si le chemin est encore (très) long, comme le démontre le dernier rapport annuel de l’ONG Oxfam pour qui les femmes sont en première ligne des inégalités à cause d’un système économique qui les discrimine et les cantonne dans les métiers les plus précaires et les moins rémunérés (…) – des citoyennes ayant les mêmes droits, les mêmes aspirations, les mêmes capacités que leurs homologues de l’autre sexe prétendu fort (car érectile?). Et de leur reprocher de privilégier leur carrière au repassage et leur trop bonne éducation (mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer l’école?). La féminisation des noms est pour eux l’illustration d’un complot féministe destiné à asservir l’homme. Lui qui, depuis la nuit des temps bat la campagne gourdin à l’épaule à la recherche de nourriture, pendant que madame coud des vêtements et torche la marmaille dans la chaleur humide de la grotte familiale.

Qu’ils n’aiment pas les femmes, soit. Je n’aime pas les chats. Qu’ils étalent leur misogynie primaire à coups de propos salasses ? Qu’ils glosent sur un complot féministe chimérique ou sur la meilleure manière de lever une jolie gazelle en soirée ? C’est désolant. Mais bon… il est encore possible de faire avec. Il faut de tout pour faire un monde. Même des cons.

Mais le souci, c’est qu’ils n’en restent pas là. Il arrive à cette bande de nanocéphales de se coordonner pour mener des attaques virtuelles contre des Youtubeuses, bloggueuses ou des journalistes… Relents nauséabonds d’une histoire pas encore centenaire.

Notre boulot, c’est d’amener les jeunes à faire preuve d’esprit critique, de tolérance, de solidarité… Bref, d’en faire des acteurs de changement et non des moutons ; répétant à l’envi et aveuglément un modèle aussi suranné qu’il est inique. Alors …

« Les hommes sont des femmes comme les autres. »

Groucho Marx

A lire

Bons plans, Emploi/Travail

No experience? No panic!

Rechercher son premier job c’est osciller entre espoir et profonde déprime. Espoir quand tu tombes sur l’annonce de rêve: c’est ZE poste; et en plus t’as les qualifications requises. Profonde déprime lorsque tes yeux tombent sur la phrase « Expérience dans le secteur souhaitée ». Dépité.e tu hésites entre te mettre en PLS dans ta baignoire ou vider la cave familiale en relisant Lamartine. Et pourtant…

Entre l’insolente aisance dont tu fais preuve lorsque tu t’adresses à un aéropage de Chinois ne pipant mot de français, tes aptitudes à faire faire tout et n’importe quoi à un ordinateur; ou encore ta disponibilité envers les autres – 10 ans chez les Scouts ça marque – rien n’est joué d’avance.

L’expérience n’est qu’un critère parmi d’autres. Coincé entre hardskills oubliées, softskills méconnues, ta personnalité et de la préparation.

Pour en savoir plus → https://kutt.it/ANwb5K

NTIC, Réseaux sociaux, société

La disgrâce de l'emoji "OK"

Les émojis font partie de notre quotidien. Rares sont les messages, statuts, post… qui n’en soient ponctués. De toutes sortes et de toutes formes leur diversité nous permet de tenir une conversation sans utiliser un seul mot. Une bénédiction pour nos têtes blondes dont les performances en lecture ne sont pas au top. Un des plus populaires d’entre eux – l’émoji « OK » – est frappé du sceau de l’indignité par une association anti-discrimation. Il signifierait l’appartenance au mouvement suprémaciste « White power ». Tu l’utilises et te voilà, comme ça, d’un coup, raciste.

Ma première réaction fut de sourire en coin. Et de ranger les articles relatant les heurs et malheurs de « OK » dans la catégorie « A traiter plus tard ». Autant dire aux oubliettes. Et puis…

Et puis je me suis dit qu’au train où allaient les choses l’émoji 🏳️‍🌈 sera un jour perçu par quelque association, gardienne auto-proclamée de la vertu d’une jeunesse en manque de repères, comme le signe de ralliement de sombres individus se vautrant dans la luxure et la poudreuse. Celle qu’on sniffe.

Et puis je me suis dit ceci, j’ai pensé cela…mais tout n’était qu’argutie face à la seule question qui me semblait avoir du sens: les plongeurs sont-ils tous racistes?

Ma première réaction fut un sourire. Et puis un jour je me suis dit que mon boulot c’est d’aiguiser l’esprit critique des jeunes. Et qu’une des façons d’y arriver c’est de prendre de la distance par rapport aux interprétations toutes faites. Alors 🖕 à tous ceux qui essaient de nous vendre une vision du monde sans nuances.

Sources: https://kutt.it/9DTXnyhttps://kutt.it/3aJgPe

Bons plans, Emploi/Travail, Technologie

Softskills… softskills… Ça est pas un coureur automobile ça?

La mode est aux softskills (aussi appelées compétences transversales). Recherchées et valorisées par les recruteurs, elles peuvent faire la différence au moment du choix. Encore faut-il les identifier et les développer. C’est le pari que relève la plate-forme digitale gratuite Jobready. → https://www.jobready.fr/

Source: https://kutt.it/Ifgvor