Bons plans, Famille/Vie affective

Un chat pour les victimes de violences sexuelles

Afin d’encore faciliter l’accès et l’accompagnement des victimes de violences sexuelles, il leur est désormais possible de discuter en ligne avec une psychologue. Le chat est accessible depuis violencessexuelles.be

Il existe actuellement 3 centres spécialisés dans l’accueil des victimes de violences sexuelles (Bruxelles, Gand et Liège). Ces centres offrent des soins spécifiques, un soutien psychologique et la possibilité de déposer plainte. D’autres devraient voir le jour à Charleroi, Anvers et Louvain.

Source: https://kutt.it/0HcEqM

Famille/Vie affective, NTIC, Technologie, Wow!/What?!

Traveler Alert: la réponse de Tinder aux pays LGBT-phobes

Faire partie de la communauté LGBT n’est pas toujours aisé sous nos latitudes pourtant réputées libérales. Alors dans les pays – 69 selon l’Association internationale pour les lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexes. – intolérants ça peut devenir problématique voire dangereux; dans certains pays le fait d’être homo/bi/transsexuel ou transgenre est punissable par la loi.

Tinder va prochainement proposer une mise à jour majeure: le Traveler Alert. L’utilisateur sera averti qu’il se trouve dans un pays où son orientation sexuelle et/ou de genre n’est pas tolérée. L’application lui proposera de masquer son profil et cachera à tout le moins les informations sensibles durant son séjour en contrée « hostile ».

Source: kutt.it/XTstoM

Citoyenneté/Justice, Famille/Vie affective

Sortie de l’IVG du Code pénal: un coup fumeux?

La Chambre des Représentants a approuvé la proposition de loi aménageant la sortie de l’IVG (Interruption Volontaire de Grossesse) du Code pénal. Si la majorité parle de progrès, l’opposition (hors Cdh) parle d’immobilisme.  Pour cette dernière la première se contente de reproduire les conditions de la loi de 1990.

Pour le secteur associatif la loi ne consacre nullement le droit des femmes à disposer librement de leur corps;  et de clamer qu’on est loin d’une « avancée historique pour les droits des femmes ». 

Ce qui fait débat

  • le maintien de sanctions pénales
  • le délai au-delà duquel l’avortement est interdit reste bloqué à 12 semaines
  • le délai de réflexion entre le 1er rendez-vous et l’intervention est toujours de 6 jours

Comme tout n’est pas noir…

  • Obligation pour le médecin refusant de pratiquer une IVG de renseigner à sa patiente les coordonnées d’un confrère qui accepte de le faire
  • Interdiction d’entraver l’accès à un établissement pratiquant l’IVG
  • L’état de détresse qui amène la femme à recourir à l’IVG ne doit plus être prouvé

Sources : La Chambre approuve la loi qui sort l’IVG du Code pénal mais ne le dépénalise pas, Dépénalisation de l’avortement: loin d’une « avancée historique pour les femmes », selon plusieurs associations