Jeter son trogon de pomme dans les fourrés: chronique d’un geste « naturel »

Je roule depuis un bon moment déjà. J’ai un petit creux; je saisis une pomme et la croque à pleines dents. Il fait beau, la route est belle, bordée par une épaisse forêt que j’imagine pleine de vie. Négligemment j’ouvre la vitre et balance le trognon dans les taillis. Ce n’est pas grave, ce n’est qu’un trognon de pomme. Dans quelques jours il aura complètement disparu, mangé par quelque animal ou cohorte d’insectes. J’aurais dû écrire la même histoire mais avec une banane; de la pomme je ne laisse que la queue. Soit.

  • Une pelure de banane ou un trogon de pomme mettent plusieurs semaines à se dégrader
  • Tous les produits alimentaires que nous consommons ne sont pas autochtones: l’apparition d’espèces végétales nouvelles peut déséquilibrer l’écosystème
  • Jeter ses déchets alimentaires en bord de route met la faune en danger

Je roule depuis un bon moment déjà. J’ai un petit creux; je saisi une pomme et la croque à pleines dents…

Source: Jeter sa peau de banane ou son trognon dans un parc peut avoir un impact négatif pour l’environnement

Oyez! Oyez! Le fairphone 3 est dispo!

Pour ceux qui se disent concernés par l’environnement, qui achètent du chocolat labellisé « fair trade » et voudraient pousser plus loin le bouchon, les adeptes des « repair café », les jeunes qui des semaines durant ont manifesté pour le climat… le Fairphone 3 est disponible!

  • Durable: le Fairphone est facilement démontable et de nombreux élément peuvent être remplacés (batterie, écran, hauts-parleurs…)
  • Ethique: les métaux précieux proviennent de fournisseurs responsables

Bon on va pas se mentir. Ses performances n’égalent pas, tout étant suffisantes pour la majorité des utilisateurs, celles des cadors; et il est un peu plus cher que les autres smartphones d’entrée/milieu de gamme. Mais c’est achat responsable. Et quand des semaines durant on a scandé « Chaud! Chaud! On est plus que le climat! » au lieu des alexandrins d’Edmond Rostand c’est une (presque) question de crédibilité, non? #cracs

Pour en savoir plus sur le projet Fairphonekutt.it/fairphone

Bombes atomiques contre ouragans

On devrait y être habitué. A force. Mais non. A chaque sortie la presse s’enflamme. Et sa dernière sortie n’échappe pas à la règle. Donald aurait une nouvelle fois – la première requête du genre date en effet de 2017 – demandé si bombarder à la bombe nucléaire les ouragans avant qu’ils ne touchassent terre était envisageable. Têtu à défaut d’être original le bougre; l’idée de balancer quelques mégatonnes dans un typhon fut émise pour la première fois dans les années… 50. Elle ressurgit régulièrement depuis lors… malgré un consensus scientifique sur l’inefficacité de la mesure.

Nous proposons la mastication de suppositoires mentholés afin que soient bloqués dans la gorge tout propos propres à faire passer leur auteur pour des ânes bâtés.

Source: kutt.it/rDaS4V

Les chaînes de fast-food dans la ligne de mire de deux très jeunes anglaises

Il n’est jamais trop tôt pour faire entendre sa voix… La preuve : en Angleterre, deux petites filles, Ella, 9 ans, et sa sœur Caitline, 7 ans, ont lancé une pétition afin de demander aux chaînes de fast-food – McDonald’s et Burger King plus particulièrement visés – de ne plus offrir de jouets en plastique dans les menus enfants. Résultat : 405000 signatures aujourd’hui, mais combien demain ?

Les  2 géants du fast-food se sont manifestés. McDonald’s déclare qu’un groupe de travail chargé de réfléchir à l’empreinte écologique de ses jouets  a été mis en place ; Burger King assure quant à lui tester l’arrêt des jouets en plastique dans certains de ses restaurants tout en « travaillant au développement d’emballages et d’autres jouets plus écologiques ». Les paroles seront-elles accompagnées d’actes ? Seul l’avenir nous le dira… Affaire à suivre.

Sources : https://kutt.it/klJXaL & https://kutt.it/hTTIHf

Insta : une localisation fictive pour protéger les sites naturels

Désormais, lorsque tu publieras un cliché sur Insta, tu pourras y adosser la mention « Protect Nature » à la place de la localisation du site où la photo a été prise. Celle-ci correspond à l’adresse des bureaux de WWF France à Paris. Le but ? Sensibiliser les internautes aux effets néfastes du tourisme de masse. En effet, en mettant en lumière des sites idylliques et hors des sentiers battus, la plateforme attise la curiosité de touristes peu respectueux qui n’hésitent pas à laisser des déchets après leur passage.

Source : https://kutt.it/z5dz9s