Premier(s) CV(‘s): 7 conseils

Pas facile d’écrire un CV qui tienne la route et attire l’attention du recruteur quand on n’a (presque) pas d’expériences professionnelles pour bétonner sa candidature. Voici 7 conseils pour sortir de l’ornière → https://kutt.it/Ihlgli.

Le data scientist sous la loupe

Avec le web 2.0 nous sommes entré de plein pied dans l’ère de l’analyse des données. Les contenus et autres publicités ciblés en sont l’illustration la plus criante. Mais le champ d’application du big data ne se limite pas à te proposer des vidéos de chatons sur base de l’analyse de tes dernières activités sur ton réseau social favori.

Santé, sécurité, transports, banque, assurances… de plus en plus de secteurs sont à la recherche de data scientists. Leur rôle: créer des algorithmes à partir de gros volume de données dans le but de faciliter la prise de décision, de faire des prédictions ou encore de produire de l’IA. → https://kutt.it/wXwmAv

Remettons la pyramide au milieu du village

Voitures à l’allure sportive, vêtements de marque, horlogerie de luxe, voyages aux quatre coins du monde avec des gens hyyyyyyyper chill ? Un « effet wow »  qui a tendance à attirer de plus en plus de jeunes. Des ascensions fulgurantes qui en font rêver plus d’un ! Et ça se comprend ! On a tous envie de gagner des thunes sans trop devoir se bouger le derrière. Mais quand c’est trop beau, trop lisse, trop parfait, ça dissimule souvent un truc pas net.

Que se cache t’-il derrière ce mirage virtuel ? Un système que l’on appelle pyramide de Ponzi. Ça te dit quelque chose ? Une technique dont Bernard Madoff s’est inspiré.

Enfin bref, tout ça pour en venir au fait que, des « entreprises » se servent des réseaux sociaux tels qu’ Instagram et Facebook pour recruter. Elles font miroiter des rendements aussi rapides qu’impressionnants. Moyennant un investissement.

Comment ça marche ?

C’est simple, on te contacte via les réseaux sociaux. Approche flatteuse et sympathique. Une fois ton intérêt capté, on te propose de gagner un max de fric (sans trop te prendre la tête). On te promet d’empocher plus que ce que tu n’as donné. Alléchant n’est-il pas? Surtout si t’es étudiant et/ou dans la dèche…Tu te dis pourquoi pas ?! On te propose d’investir dans la vente de produits hyper, méga, giga miraculeux, mondialement (in)connus ou dans des services et produits financiers. Le tout saupoudré de faux témoignages et phrases préconçues.

Le but du jeu, c’est de te faire payer une certaine somme pour des frais administratifs, des formations, des outils, des guides de fonctionnement, du stock, etc. Bref, tout un de tas de trucs (inutiles). Chaque société a ses arguments pour que tu mettes la main au portefeuille. Il s’agit en fait de droits d’entrée déguisés et qui vont gonfler les poches des membres qui se trouvent au sommet de la pyramide.

Mais là où ça devient marrant, c’est au moment où tu te rends compte que le profit ne provient pas vraiment de l’activité que tu as entreprise – comme c’était annoncé au départ – mais plutôt du parrainage (ou recrutement si tu préfères ^^). Il n y a que les fondateurs qui profitent à fond et pleinement du jeu. En fait, plus t’es ancien dans la team et plus tu fais du profit !

Alors oui, pendant tout un temps, la pyramide ne va cesser d’accroître sa progression géométrique ….   ! Sauf que … au bout d’un moment, l’effet boule de neige bloque. Les participants ne parviennent plus à recruter, donc plus de recrutement, plus de profit, plus de profit plus de quoi alimenter financièrement les nouveaux membres de la mif’ ! Et là, c’est le drame, puisqu’il n’y a plus d’apports financiers. La pyramide apparaît sous son vrai visage et s’écroule.

Si les initiateurs et les premiers arrivés ont eu, quant à eux, le temps d’amortir leur mise. Voir de s’en mettre plein les poches; les petits nouveaux, ceux tout en bas de l’échelle, perdent leur culotte.

Bien sûr, ces actions sont présentées comme parfaitement légales, mais ce n’est pas le cas → https://kutt.it/PMPMsJ.

En conclusion méfie-toi des offres qui te promettent des rendements aussi exceptionnels que rapides, et qui reposent sur un système de parrainage.

De la candidature spontanée

Quand on cherche un taf la candidature spontanée est une des méthodes préconisées. Mais avant de balancer lettres et CV’s tous azimuts, il n’est pas inintéressant de prendre en compte certains paramètres.

  • Il vaut mieux envoyer sa candidature en début de semaine.
  • La première impression est primordiale: le temps moyen passé sur une candidature est de… 34 secondes. Il est donc fondamental de se limiter aux informations les plus pertinentes.
  • La lettre/le courrier de motivation – de préférence personnalisé.e – augmente sensiblement les chance de voire ta candidature examinée avec – une relative – attention (+40% de temps en plus tout de même!)
  • La lecture sur smartphone ou tablette est courante. La clarté est donc un impératif catégorique; une police de caractère trop petite et hop! C’est la corbeille…

D’autres conseils → https://kutt.it/LLa801

Source: Candidature spontanée : ce qu’il faut faire (et ne pas faire)

Discrimination à l’embauche: bientôt des tests de situation en Wallonie?

La Belgique est un très mauvais élève (le plus mauvais d’Europe en fait) en matière d’emploi des immigrés d’origine non-européenne. Pour contrer le phénomène la Région wallonne pourrait bientôt autoriser les tests de situation, déjà autorisés en Région bruxelloise. En cas de présomptions de pratiques discriminantes 2 CV similaires sont envoyés. L’un des 2 comporte des éléments discriminogènes telles que, par exemple, le sexe, l’origine, l’âge ou encore la religion.

Pourrait… en attendant si tu es basané, homosexuel et musulman… #bienvenuecheznous!

Source: Discrimination à l’embauche : la Wallonie pourrait bientôt autoriser les tests de situation